Magasin Velo Sport Loisirs Cycles HB21 Dijon

Magasin Velo Electrique Cycles HB21 Dijon - vélo électrique dijon - 118 rue Monge 21000 DIJON - Site Web www.cycles-hb21.com

mardi 27 février 2018

Vélo et Cycliste bien équipés Conseils Sécurité

Vélo et Cycliste bien équipés Conseils Sécurité 

Fiche conseil : Sécurité à vélo, Prévention routière vélo. 




Pour vous prémunir des risques d'accidents vélo, adoptez un comportement responsable face au danger de la route.

Tout d'abord, vérifiez si les freins, les pneus, et l'éclairage sont en bon état sur votre vélo. 

Côté équipement cycliste, pensez aussi au port du casque et du gilet rétro-réfléchissant pour vous. 




Voici la liste des équipements indispensables pour améliorer votre sécurité à vélo. 

Pour le vélo :

Le code de la route prévoit un certain nombre d’équipements obligatoires :

  • Deux freins (avant et arrière)
  • Des dispositifs réfléchissants (catadioptres) de couleur blanche à l’avant, rouge à l’arrière et orange sur les cotés. Les pédales doivent également comporter des catadioptres sauf si elles sont rétractables.
  • La nuit, ou le jour lorsque la visibilité est réduite : un feu de position avant, jaune ou blanc, et un feu arrière rouge
  • Avertisseur sonore (timbre ou sonnette) : il doit pouvoir être entendu à 50 mètres au moins.

De 
plus, nous vous recommandons l’usage d’un écarteur de danger, car l'Association de Prévention Routière a constaté qu’en général, les automobilistes laissent plus d’espace quand ils doublent un vélo muni d’un écarteur. 

Un rétroviseur peut vous être utile, mais il ne doit pas vous dispenser de tourner la tête pour jeter un coup d’œil vers l’arrière avant toute manœuvre.

Et n’oubliez pas de contrôler régulièrement vos freins, de vérifier l’état de vos pneus (sont-ils usés ? dégonflés ?) et de maintenir propre votre éclairage.

Une selle confortable et adaptée à votre morphologie, une béquille (pratique à l’arrêt), un garde-boue et un protège-chaîne amélioreront par ailleurs votre confort. 


Pour le cycliste :

A vélo, dépourvu de carrosserie, silencieux et parfois peu visibles, vous êtes vulnérables ! Quelques précautions s’imposent : 

  • Portez un casque homologué, adapté à votre taille et correctement attaché ! La tête est l’une des parties du corps la plus fragile… et la plus souvent touchée lors d’une chute ou d’un accident. Par ailleurs, mettre un casque lorsque on est un adulte sert aussi à montrer l’exemple aux enfants pour qui le casque est réellement indispensable. 
  • Choisissez de préférence des vêtements de couleurs claires et portez un baudrier ou un gilet rétro-réfléchissant, afin de vous rendre plus facilement repérables par les autres usagers. Le gilet est obligatoire pour les cyclistes et leurs passagers circulant de nuit hors agglomération, ou le jour en cas de mauvaise visibilité. 
  • Évitez les vêtements amples qui peuvent se prendre dans les rayons des roues du vélo (ou utilisez des pinces à vélo). 
  • Des vêtements couvrant bras et jambes, ainsi que des gants, vous protégeront des brûlures en cas de chute.
Port du casque obligatoire, dès le 22 mars 2017, pour les enfants de moins de 12 ans
À vélo, le casque obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans à compter du 22 mars 2017.
L'entrée en vigueur de cette obligation est effective à compter du 22 mars 2017. Le port du casque à vélo sera obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans aussi bien au guidon de leur vélo qu'en tant que passagers.
Le Décret n° 2016-1800 du 21 décembre 2016 relatif à l'obligation de porter un casque pour les conducteurs et les passagers de cycle âgés de moins de douze ans a prévu un délai de 3 mois pour que chaque famille puisse avoir le temps de s'équiper correctement. 
Encourager l’apprentissage du vélo comme activité physique - excellente pour la santé comme pour la qualité de l’air - nécessite, dès le plus jeune âge, d’adopter les bonnes habitudes de sécurité. Protéger les plus vulnérables fait partie des priorités du Gouvernement. Ainsi, en application de la mesure n°16 du Comité interministériel de la sécurité routière du 2 octobre 2015 visant à réduire la gravité des blessures au visage et les risques de traumatismes crâniens des enfants pratiquant le vélo, le port du casque à vélo devient obligatoire pour les enfants (conducteurs ou passagers) de moins de 12 ans.

Le casque devra être correctement attaché, bien en place et jugulaire fermée. Dans le cas contraire, une amende de 4ème classe (minorée : 90 €) pourra être délivré à l’accompagnant de plus de 18 ans.

Retrouvez plus d'infos sur le site de la Prévention Routière : 


L’éclairage visibilité à vélo selon le Code de la Route :

Que dit la Loi Française ? En matière d’éclairage et de signalisation, l’article R313-1 du Code de la Route prévoit que tout véhicule ne peut être pourvu que des dispositifs d’éclairage ou de signalisation prévus dans le code de la route. Pour les cules, ces dispositifs sont fixés aux articles R313-4, R313-5, R313-18, R313-19 et R313-20.





De nuit ou quand la visibilité est insuffisante, pour circuler à vélo, le cycliste doit obligatoirement avoir : 
  • un phare avant à feu blanc et un phare arrière à feu rouge.
  • un catadioptre avant blanc et un catadioptre arrière rouge, si non intégré aux feux. 
  • des réflecteurs ou catadioptres de roue visibles latéralement, ou bien des pneus à flancs réfléchissants.
  • des réflecteurs de pédale.
  • si votre vélo tracte une remorque, elle doit être équipée d’au moins un catadioptre, ou un catadioptre de chaque côté si sa largeur dépasse 1,30 m.


Pour les pratiquants sportifs, l’éclairage peut être amovible. Circuler de jour sur un vélo sans éclairage ne constitue pas une infraction. Néanmoins attention à l’imprévu ! 

Depuis le 1er octobre 2008, les cyclistes doivent revêtir un gilet de sécurité pour circuler hors agglomération de nuit, ou de jour lorsque la visibilité est insuffisante. 

Lorsque un cycliste roule en ville (et donc à l'intérieur de l'agglomération), il n'est donc pas tenu de porter ce gilet, en partant du principe que, de nuit, il utilise bien un éclairage, qui lui est obligatoire.

Attention, le non-respect de ces mesures est passible pour les cyclistes, d’une contravention de deuxième classe d’un montant de 35 € (22 € pour l’amende minorée).

Un vélo doit obligatoirement être vendu avec un éclairage réglementaire. La vente d’un vélo sans éclairage constitue une infraction.

Le Code de la Route ne donne aucune précision sur la puissance d’éclairement ni l’alimentation électrique. Les normes industrielles du secteur du Cycle prévoient que la tension d’alimentation se doit d’être de 6 Volt et la puissance électrique d’au moins 3 Watt, mais comme le rendement n’est pas précisé, un éclairage peut très bien être agréé et se révéler être insuffisant.

Donc, faire le choix de système d'éclairage répondant aux normes allemandes, par exemple, est une bonne chose car ces normes sont plus sérieuses et imposent un éclairement d’au moins 10 lux à 10 m selon les exigences StVZO. Ainsi, à l'usage on comprend très vite qu'il y a des différences entre les éclairages vélo dits « pour être vu » (de sécurité) et les éclairages vélo dits « pour voir et être vu » (exigences StVZO).

Concernant les éclairages clignotants, en principe l’éclairage doit être fixe, d’intensité constante, mais la réglementation européenne a évolué.

Exemple avec le système Reelight, qui est un dispositif de signalisation par éclairage clignotant alimenté par induction (aimants) qui ne correspond à aucun de ces dispositifs. Il n'est pas homologué à ce jour comme système d'éclairage principal de signalisation prévus dans le code de la route, il reste indiqué comme éclairage de sécurité complémentaire. Idem pour le système d'éclairage à led par fibre optique Fibre Flare. 



Maintenant voyons le résultat de l’enquête réalisée par la prévention routière : Enquête Visibilité à Vélo - 2013 : 

L’enquête réalisée entre janvier et mars 2013, a permis l’observation de près de 2 000 équipements cyclistes à Paris et dans 10 autres villes de France (Bordeaux, Besançon, Gap, La Rochelle, Lille, Lyon, Marseille, Rennes, Strasbourg, Toulouse), en différenciant l’usage de vélos personnels et de vélos en libre-service et en distinguant les dispositifs d’éclairages obligatoires et non obligatoires. Par ailleurs, il reste encore d’importants progrès à faire pour généraliser le port d’équipements (casque, accessoires rétro-réfléchissants), indispensables pour une meilleure sécurité sur la route, notamment la nuit.